admin Administrez votre système

Les sources de logiciels

software
Debian GNU/Linux utilise le principe des dépôts en ligne pour fournir les applications. Ce principe permet de centraliser les logiciels et vous permet d'utiliser des interfaces simples pour administrer et/ou faire évoluer votre système : vous n'avez pas besoin de visiter les sites de logiciels.

Le fichier sources.list

Les adresses internet des dépôts Debian sont inscrites dans le fichier /etc/apt/sources.list et les fichiers du type /etc/apt/sources.list.d/xxx.list.

Un fichier sources.list pour Debian 9

Détails des différentes informations du sources.list (les "#" sont des commentaires) :

  • "deb" : indique que le dépôt renseigné est un dépôt de binaires (le logiciel lui-même)
  • "deb-src" : indique que le dépôt renseigné est un dépôt de sources (les fichiers utilisés pour la compilation du logiciel lui-même)
  • "http:·..." : l'adresse du serveur du dépôt
  • "stretch", "stretch/updates" : la branche du dépôt
  • "main" : la section du dépôt

Notez que vous pouvez utiliser les dépôts "génériques" deb.debian.org afin d'être redirigé vers le serveur le plus proche.

noob
... Pourquoi "stretch" et non "stable" puisque le système est basé sur Debian Stable ??
"stretch" est le nom précis de la version installée du système. Il fixe une certaine version pour chaque paquet intégré dans les dépôts "stretch" (la version générique du noyau utilisé par exemple).
"stable" est le nom générique de la version actuellement stable.
Pour l'instant, "stretch" est la version "stable", donc vous pourriez utiliser l'une ou l'autre des dénominations. Mais lorsque la version "stable" de Debian sera "Buster", alors la version "stretch" passera en "oldstable" (ancienne stable).
Employer le nom précis de votre version vous permet de contrôler la mise à jour complète de votre système en version supérieure et de maîtriser le moment de la mise à jour complète du système. Pas comme sur certains systèmes qui imposent la mise à jour
Pour plus de détails, je vous invite à visiter la page dédiée du wiki Debian https://www.debian.org/releases/index.fr.html

À propos des dépôts, branches, sections

Debian organise ses applications au sein de dépôts. Ces dépôts sont divisés en branches et en sections. Pour en savoir plus sur les branches "testing" ou "unstable", rendez-vous au chapitre 8.8. En revanche, un mot sur les sections de dépôts.

Il existe 3 sections pour les dépôts officiels :

section critères de composant du paquet
main conforme à DFSG sans dépendance vers "non-free"
contrib conforme à DFSG mais avec des dépendances vers "non-free"
non-free non conforme à DFSG

DFSG (Debian Free Software Guidelines) : principes du logiciel libre selon Debian (https://www.debian.org/social_contract.fr.html#guidelines)

Seuls les paquets proposés dans la section main sont officiellement supportés par le projet Debian et 100% libres. Ceux proposés dans contrib et non-free ne le sont pas (ou pas totalement).

Ceci-dit, et selon votre type de matériel, il est possible que certains services ne puissent fonctionner sans drivers spécifiques (propriétaires). Dans ce cas, vous devrez modifier le fichier /etc/apt/sources.list (les détails dans le chapitre suivant).

Modification des dépôts

Avant de modifier les sources des logiciels de votre système, vous devez être conscient des risques lors de l'utilisation des sections non-free et contrib de l'archive.

  • l'absence de liberté pour de tels paquets de logiciel;
  • l'absence de suivi de la part de Debian pour de tels paquets de logiciel (Debian ne peut pas suivre correctement un logiciel sans avoir accès à son code source);
  • la contamination de votre système Debian totalement libre.

Maintenant que vous êtes prévenus que les non-free tuent les lapins roses, reprenons;

Pour modifier simplement vos dépôts, il suffit d'éditer le fichier sources.list. Ouvrez un terminal puis lancez cette commande en tant qu'administrateur (chap.3.8.3) :

apt edit-sources

qui ouvrira le fichier approprié avec votre éditeur de texte par défaut (nano ou vim). Une fois vos modifications effectuées, sauvegardez le fichier ([Ctrl]+'x' sous nano et ':wq' sous vim http://wiki.linux-france.org/wiki/Utilisation_de_vi).

Exemple de ligne pour les paquets libres :

deb http://deb.debian.org/debian/ stable main

Exemple de ligne pour les paquets libres et les paquets propriétaires :

deb http://deb.debian.org/debian/ stable main contrib non-free

Vous pourrez désormais piocher dans les 3 sections de logiciels et installer des drivers ou codecs non-libres.

Notez que vous pouvez aussi modifier vos sources de logiciels depuis le gestionnaire de paquet Synaptic en graphique (chap.8.3).

Apt dans un terminal

term
Les sections suivantes présentent des interfaces graphiques du logiciel de gestion de paquets APT (Advanced Package Tool). Cette application est disponible directement depuis la ligne de commande, vous permettant l'administration fine de votre système.

Cette section présente les commandes de base pour gérer les paquets sur Debian avec Apt depuis votre émulateur de terminal.

Debian peut également utiliser "aptitude", un autre gestionnaire de paquets avec une syntaxe et un comportement différents. Ce manuel étant destiné aux débutants, nul besoin de ces commandes ici : pour en savoir plus, visitez la page dédiée (https://wiki.debian.org/fr/Aptitude) du wiki Debian.

Les commandes 'utilisateur' de recherche et d'information

Ces commandes peuvent être lancées en tant que simple utilisateur car elles n'affectent pas votre système.

commande description
apt show toto afficher les informations du paquet toto
apt search toto rechercher les paquets qui correspondent à toto
apt-cache policy toto Affiche les versions disponibles de toto

Les commandes 'administrateur' de maintenance

Ces commandes nécessitent les droits de l'administrateur "root" car elles affectent votre système. Pour passer en mode administrateur depuis un terminal, lancez simplement "su -" : le mot de passe administrateur vous sera demandé.

commande description
apt update Mise à jour des métadonnées des dépôts.
apt install toto Installation du paquet toto avec ses dépendances.
apt upgrade Mise à jour sécurisée des paquets installés.
apt dist-upgrade Mise à jour des paquets installés en installant ou
supprimant d'autres paquets si nécessaire.
apt remove toto Supprimer le paquet toto en laissant ses
fichiers de configuration.
apt-get autoremove Supprimer les paquets installés automatiquement
lorsqu'ils ne sont plus nécessaires.
apt purge toto Purger le paquet toto ainsi que ses
fichiers de configuration.
apt-get clean Nettoyer le cache local des paquets installés.
apt-get autoclean Nettoyer le cache des fichiers des paquets périmés.
apt-mark showmanual Passe un paquet en "installé manuellement".

Pour le détail des commandes et les correspondances apt/aptitude, visitez la page dédiée du manuel Debian (https://www.debian.org/doc/manuals/debian-reference/ch02.fr.html).

Tout-en-une ! Mettre à jour les infos des dépôts + mettre à jour votre système + nettoyer les paquets en cache simplement avec une commande en mode administrateur :

apt update && apt dist-upgrade && apt-get autoclean

Comme quoi, gérer son système avec le terminal, c'est pas si compliqué.

Apt vs Apt-get

Apt est en cours de simplification et propose désormais une syntaxe simplifiée pour une partie de ses commandes et options. Vous trouverez donc les deux syntaxes (apt et/ou apt-get) employées dans ces pages et la plupart des documentations GNU/Linux.

Les backports ou le rétro-portage des paquets

Debian dispose de dépôts particuliers nommés backports qui contiennent des versions plus récentes de certaines applications. Ces dépôts ne sont pas activés par défaut, mais ils ne présentent pas de risques particuliers pour votre système : les dépôts "réguliers" restent prioritaires lors des mises à jour, seules les applications explicitement installées depuis les backports puiseront dans ces dépôts spécifiques.

noob
... c'est des trucs par derrière les "backports" ?
Non, rien à voir avec les "backdoors" (portes dérobées) servant à espionner votre machine sur les systèmes propriétaires.
Backport ou Rétro-portage est un mécanisme qui permet d'adapter (de porter) une application présente dans les dépôts de développement Debian, pour la rendre utilisable sur une version "stable".
Par exemple, les développeurs Debian prennent une version récente de LibreOffice dans les dépôts de développement, et re-compilent (fabriquent) le paquet contenant l'application en prenant en compte les dépendances présentes dans la version stable.

Pour plus d'informations sur les backports, vous pouvez consulter la documentation Debian à ce sujet (https://wiki.debian.org/fr/Backports). Si vous recherchez une application vous avez deux solutions : utiliser l'outil de recherche (https://backports.debian.org/Packages/) [en] ou la recherche par catégorie (https://packages.debian.org/fr/jessie-backports/).

Synaptic : le gestionnaire de paquet complet

synaptic
Synaptic est l'interface graphique complète de votre gestionnaire de paquets Debian. Il vous permet une vision totale des paquets proposés, installés ou non. Il est beaucoup plus détaillé que "Logiciels" ou "Découvrir" (décrits dans les chapitres suivants) puisqu'il affiche l'intégralité des paquets disponibles (bibliothèques incluses).

  • Il fournit les mêmes fonctions que l'outil apt-get ou apt.
  • Vous aurez besoin du mot de passe de l'administrateur pour ouvrir et utiliser Synaptic.
  • Une connexion internet active est également nécessaire pour mettre à jour ou installer vos logiciels.

Interface principale

La fenêtre de Synaptic se découpe en 4 zones : la barre d'outils en haut, le volet de gauche qui permet de filtrer les paquets, la zone qui contient la liste des paquets et en dessous la zone où s'affiche la description d'un paquet sélectionné avec un clic.

Devant chaque paquet on remarque un petit carré (blanc pour les paquets non installés, vert pour les paquets installés et rouge pour les paquets cassés).

Synaptic : interface par défaut du gestionnaire de paquets

La première chose à faire au lancement de Synaptic est de cliquer sur "Recharger" afin de vérifier les informations sur les dépôts et les applications disponibles.

Synaptic : vérifier les dépôts

N'hésitez pas à cliquer sur tous les menus pour explorer et vous familiariser avec Synaptic. C'est un bon moyen de découvrir ses nombreuses fonctions.

N'ayez pas peur pour votre système, rien ne sera fait sans avoir cliqué sur "Appliquer" : un message de confirmation vous sera toujours demandé.

Gestion des dépôts

Les dépôts permettent de mettre à jour vos applications et d'installer des paquets supplémentaires. Ils ont été configurés lors de l'installation mais vous pouvez les modifier à tout moment selon vos besoins.

Ouvrez le gestionnaire de paquets Synaptic (à partir du menu Système > Gestionnaire de paquets Synaptic).
Dans le menu de Synaptic, cliquez sur "Configuration" puis "Dépôts". Selon que vous soyez sur Gnome ou pas, les dépôts de logiciels se présentent sous deux formes.

La gestion des dépôts sur le bureau GNOME passe par une interface "à cocher" explicite :

Synaptic : gestion des sources depuis Gnome

La gestion des dépôts sur les autres bureaux comme Xfce ou LXDE est en mode "texte" avec les adresses affichées :

Synaptic : gestion des dépôts depuis Xfce.

Les informations reprennent celles du fichier /etc/apt/sources.list cité au chapitre 8.1.1. Il ne vous reste plus qu'à modifier vos sources de dépôts à votre convenance. Cliquez simplement sur une source pour l'ajouter à vos dépôts.

Vous serez invités à recharger la liste des dépôts pour que les modifications soient prises en compte.
Notez que si vous souhaitez utiliser l'interface "à cocher" sur un bureau Xfce ou LXDE, il suffit d'installer le paquet "software-properties-gtk".

Mise à jour du système

Avant de mettre votre système à jour, il est nécessaire de "Recharger" la liste des paquets en cliquant sur l'icône correspondant ou en allant dans le menu "Édition > Actualiser la liste des paquets" (ou encore [Ctrl]+'r' si vous préférez utiliser le raccourci clavier). Cette action permet d'aller vérifier si la version des paquets présents sur votre machine est bien la plus récente.

vérification des dépôts

Ensuite cliquez sur "Tout mettre à niveau" ou menu "Édition > Sélectionner la totalité des mises à jour".

demande de mise à jour

Une fenêtre apparaît avec la liste des paquets qui vont être mis à jour et les dépendances additionnelles si nécessaires :

ajout des dépendances

Il ne vous reste plus qu'à cliquer sur "Appliquer", une confirmation vous sera demandée :

appliquer la mise à jour

confirmation des modifications

La mise à jour du système commence avec le téléchargement des paquets, puis l'installation. Un message vous informe en fin de processus :

téléchargement des paquets

mise à jour des paquets

système à jour

Rechercher un logiciel

Si vous ne connaissez pas le nom du paquet dont vous avez besoin, vous pouvez parcourir la liste en filtrant par catégorie, état, origine, etc.

Exemple si vous cherchez un jeu, cliquez sur catégorie dans le volet de gauche puis faites défiler jusqu'à jeux et divertissements (encore un clic) et tous les paquets concernant les jeux et divertissements s'affichent.

Si vous connaissez le nom du paquet ou cherchez quelque chose de précis, cliquez sur Rechercher et entrez vos mots clé de recherche dans la fenêtre qui apparaît.

D'autres filtres de recherche sont disponibles, cliquez pour explorer.

Voir les détails complets d'un paquet

En cliquant sur un paquet on obtient la description du dit paquet dans le volet bas de Synaptic. Pour encore plus d'information, vous pouvez afficher les propriétés du paquet avec un clic droit/propriétés, ou en passant par le menu "Paquet".

Vous saurez ainsi tout, absolument tout sur le paquet : dépendances, fichiers installés , espace occupé et version.

Installer / supprimer une application

Installer

Pour installer un ou plusieurs paquets, clic-droit sur la petite case devant le nom du paquet et "sélectionnez pour installation".

Synaptic : sélectionner un paquet pour installation

Si le paquet nécessite l'installation d'autres paquets pour fonctionner (les dépendances), ceux-ci seront automatiquement ajoutés à la sélection.

Il ne reste plus qu'à cliquer sur "Appliquer" et confirmer le récapitulatif des changements à appliquer.

Synaptic : récapitulatif des changements en attente

Synaptic : application des changements en cours

Synaptic : installation de pacman

Désinstaller

Comme pour l'installation, clic-droit sur la case devant le nom du paquet et "sélectionnez pour suppression". Cliquez sur "Appliquer".

La suppression simple conserve les fichiers de configuration des paquets dans votre système, au cas où vous souhaiteriez les réinstaller.

Pour supprimer aussi les fichiers de configuration, il faut utiliser le choix "sélectionner pour suppression complète" (équivaut à "purge" en ligne de commande dans un terminal).

Ré-installer

Il arrive parfois que l'on veuille ré-installer un paquet qui l'est déjà, dans ce cas choisissez l'option "sélectionner pour réinstallation". Cela permet, par exemple, de mettre à jour la configuration par défaut d'une application.

Nettoyer les paquets inutiles

Les applications de votre système fonctionnent sur le principe des dépendances : certains paquets ont besoins d'autres paquets pour fonctionner correctement.
Lors de la suppression d'une application, les dépendances ne sont pas toujours supprimées. Pour vérifier et désinstaller au besoin les paquets inutiles, on utilise les filtres de Synaptic.

Lancez Synaptic puis sélectionnez "État" dans les filtres en bas à gauche. Si la ligne "Installés (pouvant être supprimés)" est présente, on la sélectionne pour afficher les paquets à supprimer :

Synaptic : paquets inutiles

Il reste alors à sélectionner les paquets listés puis d'un clic-droit, choisir "sélectionner pour suppression complète" puis "Appliquer".

Supprimer les résidus de configuration

Certaines applications utilisent des fichiers de configuration qui peuvent rester en place même après la suppression de l'application. Comme pour les paquets inutiles (chapitre précédent), on utilise synaptic pour vérifier et supprimer les fichiers résiduels.
Lancez Synaptic, choisissez le filtre "État" puis, si vous voyez "Non installés (résidus de configuration)", sélectionnez l'entrée afin de nettoyer les fichiers listés (clic-droit > sélectionner pour suppression complète) :

Synaptic : résidus de configuration

Préférences de Synaptic

Catégorie qui porte bien son nom. Comme dans la plupart des applications, la fameuse section "Préférences"... Mais gardez à l'esprit que Synaptic n'est pas un logiciel comme les autres : il gère tous les programmes installés sur votre système. Lorsque vous supprimez un programme, il ne va pas dans la corbeille.

Après ces avertissements un peu flippants, passons donc aux réglages disponibles sur Synaptic. La fenêtre des préférences présente 6 onglets et se lance depuis le menu "Configuration > Préférences" :

Synaptic : fenêtre des préférences

  • Général : les entrées sont explicites. Note : il est possible de décocher la case "traiter les paquets recommandés comme des dépendances". Si cela peut être utile lorsque l'on souhaite garder un système ultra-léger, cela peut aussi poser des problèmes lors des installations futures de nouveaux paquets. Cette option est donc à manipuler avec précaution.
  • Colonnes et polices : permet d'afficher/masquer certaines colonnes dans la liste des paquets et d'ajuster la police de caractères si besoin.
  • Couleurs : choisissez ici les couleurs respectives des paquets selon leur état.
  • Fichiers : lorsque vous installez un logiciel, il est tout d'abord stocké en cache dans un répertoire de votre système avant d'être décompressé et installé. Ces paquets peuvent prendre de la place au fur et à mesure de votre utilisation. Ici, vous pourrez les supprimer ou configurer une action automatique.
  • Réseau : la façon dont Synaptic est connecté à internet. Si votre situation demande de modifier ces paramètres, vous le saurez :)
  • Distribution : comment s'effectuent les mises à jour. Explicite. Dans le doute, ne pas modifier.

Rappel : le terminal (chap.8.2) peut faire tout ça bien plus vite et avec moins de manipulation.

Découvrir : la logithèque KDE

Le gestionnaire de paquets Synaptic est l'interface par défaut pour le gestionnaire de logiciels, mais il est parfois "trop" complet. Gnome utilise "Logiciels" pour gérer les applications de manière simplifiée, KDE intègre "Découvrir", une logithèque intuitive et efficace.

Découvrir se lance simplement depuis le menu principal KDE > Applications > Système > Logithèque :

lanceur de la logithèque KDE

Page d'accueil de la logithèque KDE "Découvrir"

Gérer vos applications avec la logithèque KDE

Rechercher et installer une application depuis le champ de recherche dédié ou en visitant les catégories de la logithèque. Un clic sur le bouton "Installer" suffit :

Rechercher un logiciel sur Découvrir

Visiter les catégories de Découvrir

Installer des composants graphiques supplémentaires pour l'environnement Plasma depuis la section "Modules complémentaires Plasma" (ici l'extension RedShift pour la fatigue visuelle) :

Sélection de Redshift pour installation

Supprimer une application de la même façon, avec le bouton dédié :

suppression d'un paquet sur KDE

Une confirmation vous sera demandée pour toute action sur les logiciels ainsi que le mot de passe administrateur. Le processus sera ensuite lancé en arrière-plan. Vous pourrez suivre la progression des modifications depuis la zone de notification de KDE.

Mise à jour avec Découvrir

Lorsque KDE vous notifie une ou plusieurs mises à jour, c'est "Découvrir" qui se lance pour les effectuer :

notification de la mise à jour et lancement de "Découvrir"

Il vous suffit alors de cliquer sur "Tout mettre à jour" puis de confirmer l'opération avec le mot de passe administrateur.

lancement de la mise à jour

Comme pour la gestion des logiciels, vous pourrez suivre le processus depuis la zone de notification de KDE.

Logiciels : le gestionnaire de paquets simplifié

gsoft
Logiciels est un gestionnaire simplifié pour les applications Debian. Il permet de rechercher, installer, supprimer ou mettre à jour les paquets logiciels contenant vos applications. Vous le trouverez dans la catégorie "Système" de vos menus ou directement depuis la zone de recherche Gnome en tapant "Logiciels".

Logiciel : l'interface par défaut sur Debian.

Recherchez avec Logiciels

Directement depuis le bouton de recherche en forme de loupe, ou en cliquant sur une des catégories affichées :

Rechercher une application avec son nom.

Rechercher une application en visitant les catégories.

Installez avec Logiciels

Installez une application simplement en cliquant sur sa fiche, puis "Installer". Le mot de passe administrateur sera demandé. Vous pourrez suivre la progression dans la fenêtre principale puis lancer directement l'application nouvellement téléchargée.

Sélectionner un logiciel pour installation.

Mot de passe administrateur demandé.

L'installation se lance.

L'installation est réussie : vous pouvez lancer directement votre logiciel.

Supprimez avec Logiciels

Désinstaller une application simplement en visitant la catégorie "Installées" (en haut de l'interface) puis en cliquant sur le bouton prévu. Une confirmation vous sera demandée :

Sélectionner un logiciel pour suppression.

confirmation

Mise à jour avec Logiciels

Mettre à jour son système depuis la section dédiée "Mises à jour" qui vous indiquera les mises à jour disponibles et/ou déjà téléchargées. Si aucune mise à jour n'est disponible, vous pouvez vérifier les dépôts grâce au bouton dédié en haut à gauche.
Dans notre exemple, une série de mise à jour incluant la "mise à jour du système d'exploitation" exige un redémarrage. Vous pouvez lister l'ensemble des applications mises à jour dans ce lot en cliquant sur l'entrée concernée :

onglet des mises à jour

vérification des mises à jour disponibles

Il vous reste alors à redémarrer en cliquant sur le bouton dédié.

redémarrer pour appliquer les mises à jour

Notez que pour des mises à jour moins importantes, le redémarrage n'est pas nécessaire.

Nettoyer votre système

clean
Même si la capacité des disques durs a largement augmenté ces dernières années, vous pouvez avoir besoin de place sur votre système. Il existe quelques scripts automatisant le nettoyage du système, mais j'avoue préférer vérifier avant de rm (pour remove. chap.11.2).

Informations sur l'espace disque

La première chose à faire est bien sûr de connaître l'espace utilisé sur votre disque. Plusieurs outils à votre disposition :

Espace disponible en console : Un aperçu de l'espace disponible selon vos points de montage (disques et partitions) :

df -h

Lister les répertoires selon leur taille :

du -ks * | sort -nr

Ncdu : l'analyseur d'espace disque en console. Pour le lancer, taper simplement "ncdu" dans votre terminal. Pour l'installer (en root) :

apt update && apt install ncdu

Ncdu lancé dans le répertoire utilisateur

Baobab : l'analyseur d'espace disque en mode graphique intégré à Gnome :

Baobab : analyseur d'espace disque pour Gnome

Fslint : l'analyseur de doublons, liens cassés, répertoires vides, mauvais encodage, etc. À utiliser avec prudence : vérifiez bien les changements en attente avant de valider le processus.

Nettoyage des paquets

Apt/aptitude/dpkg sont les utilitaires courants de gestion des paquets sur Debian. Lorsque vous installez un paquet, son archive-source/deb est stockée sur votre système (dans /var/cache/apt/archives/) en vue d'une réinstallation éventuelle hors liaison internet. Pour nettoyer le cache apt, une simple commande en mode administrateur (chap.3.8.3) :

apt-get clean

Une fois le cache des paquets installés nettoyé, vous pouvez aussi éliminer les paquets inutiles sur votre système, ainsi que leurs fichiers de configuration. Attention ! Pensez à bien vérifier la liste des paquets prévus pour être supprimés avant de valider :

apt-get autoremove --purge

Vider les corbeilles

3 types de corbeilles sont à prendre en compte :

La corbeille utilisateur : ~/.local/share/Trash/ . Vous pouvez la vider depuis votre gestionnaire de fichier ou depuis un terminal :

rm -Rf ~/.local/share/Trash/*

La corbeille administrateur : /root/.local/share/Trash/ . Pour la vider proprement depuis un terminal administrateur :

rm -Rf /root/.local/share/Trash/*

Les corbeilles externes : situées sur vos disques dur externes, elles sont généralement nommées '/media/votre_disque/.Trash_1000', ce qui correspond à votre identifiant utilisateur (uid).

Nettoyage des "caches" applications

Certaines applications utilisent un dossier "cache" afin d'y stocker images, vidéos, informations diverses pour accélérer l'exécution du logiciel. Ces données ne prennent pas trop de place en utilisation courante, mais si vous détectez (grâce aux outils d'analyse décrits plus haut) un dossier trop volumineux, n'hésitez pas à le supprimer.

Chaque application a une gestion différente de son propre cache; certaines le vident systématiquement à la fermeture de l'application, d'autres, stockent leurs informations dans /tmp qui se videra à la fermeture de la session, d'autres encore gardent toutes les infos dans un dossier spécifique.

Pour Firefox par ex, vous pouvez vider le cache depuis le menu de préférences, et même automatiser cette opération à chaque fermeture de l'application.

Nettoyage des aperçus

À chaque fois que vous visionnez une photo, que vous ouvrez un répertoire d'images, un aperçu est créé. Cet aperçu (thumbnail) est stocké dans un répertoire afin de pouvoir y revenir en cas de réouverture de l'image. Le souci est que si une image est effacée, son aperçu est conservé. Il en résulte un stockage inutile d'aperçus périmés.
Pour nettoyer ces fichiers, il suffit de supprimer le dossier concerné : ~/.thumbnails.

rm -Rf ~/.thumbnails

Ce dossier sera créé à nouveau à la prochaine ouverture d'une image.

Installation de paquets externes ".deb"

Debian GNU/Linux utilise le système des dépôts de paquets afin d'assurer une meilleure gestion et une plus grande sécurité. Mais il peut arriver que vous ayez besoin d'installer un paquet externe au format ".deb".

noob
... C'est qui ce "deb" ??
deb est l'abréviation de "debian", la maison mère. Debian utilise, pour distribuer ses applications, un format d'archive particulier, le ".deb". C'est un format de compression comme le ".zip" que vous utilisez pour sauvegarder des données. Ces archives ".deb" sont reconnues par les différents gestionnaires de paquets Debian (APT et son interface graphique, Synaptic) et peuvent ainsi être pris en charge plus facilement.

Installation graphique avec gdebi

Gdebi est un utilitaire graphique qui permet d'installer un paquet externe au format ".deb" tout en gérant les dépendances.

Pour l'installer, recherchez "gdebi" dans votre gestionnaire de paquets ("Synaptic", "Découvrir" ou "Logiciels") ou plus simplement depuis un terminal en mode administrateur grâce à "su" (chap.3.8.3) :

apt update && apt install gdebi

Lorsque vous téléchargez un paquet externe debian, effectuez un clic-droit dessus > "Ouvrir avec Gdebi".

Installation en console avec dpkg

Dpkg est un utilitaire de gestion des paquets comme apt, mais il ne gère pas les dépendances. Cela signifie que si vous utilisez dpkg pour installer un paquet externe, il faudra installer les paquets dépendants un à un depuis votre terminal. Dpkg est intégré par défaut sur Debian et s'utilise en mode administrateur.

Pour installer un paquet :

dpkg -i adresse_du_paquet.deb

Si des dépendances sont manquantes, un message d'erreur vous le signalera, il suffira alors d'installer les dépendances de manière classique avec apt :

apt install paquet_dépendant1 paquet_dépendant2 ...

Puis relancez l'installation de votre paquet externe :

dpkg -i adresse_du_paquet.deb

Pour supprimer un paquet :

dpkg --purge nom_du_logiciel

Qui c’est ce Sid ?

Tout d'abord, il faut savoir qu'il existe simultanément plusieurs branches des distributions Debian.

Les distributions oldstable, stable, testing et unstable, ainsi que la branche experimental.

La distribution Stable est la distribution officielle de Debian, celle qui a cours à cet instant, elle est maintenue et mise à jour par les équipes de Debian. Seules des mises à jour de sécurité et les corrections de bugs sont effectuées. C'est la version recommandée à privilégier.

La distribution Oldstable est l'ancienne stable, Elle est, en général, supportée par les équipes de Debian pendant un an après la sortie de la nouvelle stable. Ensuite, elle peut continuer à vivre si suffisamment de personnes ou d'entreprises continuent d'assurer la maintenance, on appelle alors cela une distribution LTS (Support à long terme) : on prolonge sa durée vie.

La distribution Testing est la future version stable. Elle sert à préparer la prochaine version stable. Quand tout est OK et que tout fonctionne bien, que les objectifs qui ont été fixés par les équipes de Debian sont atteints et après une période de gel et de chasse aux bugs, alors la version testing devient la nouvelle version officielle, la version stable.

La distribution Unstable, Sid est son petit nom est la version qui reçoit toutes les nouvelles versions de paquets, elle est au top des nouveautés mais pas très stable, c'est un laboratoire. Quelques aventuriers l'utilisent au quotidien.

Experimental n'est pas une distribution de Debian mais plutôt un dépôt ou l'on teste des versions de logiciels qui sont encore en Alpha ou en Beta.

Toy Story © Disney & Pixar

Toutes ces distributions ont un nom qui est choisi parmi les personnages du dessin animé Toy Story ®. Actuellement la distribution stable s'appelle Stretch, la distribution testing s'appelle Buster , et oldstable s'appelle Jessie. Experimental n'a pas de nom.

La distribution unstable s'appelle Sid. Mais qui c'est ce Sid ?
Sid est le petit garçon dans Toy story® qui casse tous ses jouets (http://pixar.wikia.com/wiki/Sid_Phillips).

Plus de détails sur la page dédiée du wiki Debian https://wiki.debian.org/fr/DebianUnstable.

sid