Applications Internet

Firefox est un navigateur Web libre et gratuit, développé et distribué par la Fondation Mozilla.

Debian intègre Firefox-ESR, la version "Extended Support Release", destinée aux grandes organisations (et aux plus petites) pour les déploiements de masse. Cette version est maintenue pendant 10 mois à compter de sa sortie et ne bénéficie que des mises à jour de sécurité assurant ainsi un navigateur stable et sécurisé.

Firefox

La fenêtre principale se compose des éléments suivants (de haut en bas) :

  • La barre d'onglets affiche les différentes pages ouvertes.
  • La barre d'outils affiche : les boutons d’historique et de retour, la barre d'adresse, le champ de recherche, les marque-pages, les outils et le menu principal Firefox.
  • La fenêtre de navigation qui affiche le contenu des pages web.

La personnalisation et la configuration de Firefox passent par son menu principal qui s'affiche lors d'un clic sur l'icône à 3 bandes.

  • la première ligne du menu vous permet d'effectuer des opérations d'édition courante
  • vient ensuite la ligne de zoom : c'est explicite.
  • différents outils sont à votre disposition pour effectuer une recherche ou imprimer directement une page Web.
  • le bouton "Préférences" vous mène à la configuration principale de Firefox.
  • le bouton "Modules" conduit aux extensions installées sur votre navigateur.
  • le bouton "Personnaliser" lance le "mode édition" : vous pourrez déplacer les outils, les ajouter depuis le menu dans la barre d'outils et inversement... vous composez l'apparence de votre navigateur simplement avec un glisser-déposer des éléments sur l'interface.
  • l'icône en forme de "?", c'est l'aide en ligne et franchement, les contributeurs Mozilla ont bien travaillé : vous pourrez découvrir toutes les possibilités de votre navigateur.

Pour ajouter des fonctionnalités à votre navigateur Firefox, direction les préférences > Modules. Dans l'onglet qui s'ouvre, sélectionnez "Catalogue" et choisissez parmi les modules proposés.

Firefox : les addons

À propos de FlashPlayer

Adobe Flash Player est une plate-forme multimédia non-libre utilisée pour ajouter des animations, des vidéos ou de l'interactivité à des pages sur internet (publicités, jeux...)

Un lecteur libre existe : Gnash (https://packages.debian.org/fr/stretch/gnash). C'est une alternative au lecteur d'Adobe, mais il ne permet pas d'avoir accès à toutes les fonctionnalités du flash et ne sera utile que sur de très rares sites.
En effet, la tendance des sites est de délaisser le flash au profit du HTML5 (https://fr.wikipedia.org/wiki/HTML5), il est donc de plus en plus facile de survivre sur internet sans le lecteur propriétaire flash.

Le lecteur Flash n'étant plus maintenu par Debian, et comme il est interdit de le redistribuer sans l'autorisation d'Adobe™, les ISOs DFLinux n'intègrent pas le lecteur Flash par défaut.

Ce manuel étant destiné aux débutants, nous n'allons pas vous demander de supprimer de vos marques-pages l'intégralité des sites mal codés qui utilisent encore le lecteur flash (quoique ça ferait peut-être bouger les choses plus vite), nous allons donc détailler l'installation du lecteur flash d'Adobe™.

Installer le lecteur Flash

  • Commencez par visiter le site de téléchargement officiel (https://get.adobe.com) qui devrait détecter votre architecture et votre navigateur. Sélectionnez la version "tar.gz pour linux" dans le menu déroulant :

  • Une fois votre archive téléchargée, clic-droit sur l'archive puis "décompressez ici".
  • Ouvrez le dossier "flash_player-npapi_linux_votre-architecture", vous y trouverez le fichier "libflashplayer.so".
  • Copiez ce fichier depuis votre navigateur de fichiers : clic-droit sur "libflashplayer.so" > "copier"
  • Naviguez jusqu'au répertoire local des plugins de votre navigateur firefox (~/.mozilla) en affichant les dossier cachés (menu vue > montrer les fichiers cachés).
  • Créez le dossier "plugins" dans votre ~/.mozilla puis clic-droit dans ce dossier > "coller" la libflashplayer.so

Pour mettre à jour votre flashplayer, récupérez la dernière version de la même façon, et écrasez l'ancien fichier avec le nouveau, tout simplement.

Supprimer le lecteur flash

Une commande pour régler son compte ... donc dans un terminal en simple utilisateur

rm ~/mozilla/plugins/libflashplayer.so

Et voilà :)

Ou alors en mode graphique avélasouris :

  • Ouvrez votre navigateur de fichiers Thunar
  • Dans le menu "Vue", sélectionnez "Montrer les fichiers cachés"
  • Naviguez jusqu'au dossier ".mozilla" puis "plugins"
  • Supprimez le lecteur libflashplayer.so

Le client mail Thunderbird

Thunderbird est avant tout un courrielleur, mais il est aussi un centre de communication qui permet de consulter et d'écrire dans les groupes de discussions, de "chater" (discuter en ligne), de consulter les flux RSS fournis par certains sites.

Si vous disposez de deux comptes de messagerie ou plus, Thunderbird regroupera tout votre courrier de toutes vos boites courriel en une seule interface pratique.

Thunderbird se lance depuis le menu d'applications, section "Internet", "Client de messagerie".

Configurer Thunderbird

Au premier démarrage, Thunderbird fournit une interface provisoire de configuration ainsi qu'une fenêtre au premier plan qui permet de créer un compte chez un fournisseur partenaire de la fondation Mozilla.
Si vous souhaitez profiter de cette option, remplissez les champs et laissez-vous guider, la configuration sera automatique.

Si vous n'êtes pas intéressé vous pouvez cliquer sur "Passer cette étape et utiliser mon adresse existante".

Une autre fenêtre s'ouvre. Fournissez alors les renseignements demandés à propos de votre compte. Vous pouvez choisir si Thunderbird doit retenir le mot de passe . Si vous décochez cette option vous devrez taper votre mot de passe à chaque connexion.

Thunderbird : configuration du compte

Cliquez sur "Continuer". Thunderbird cherche alors dans sa base de donnée les paramètres spécifiques à votre compte. Lorsqu'il a fini cliquez sur "Terminé".

Thunderbird : vérification des données

Thunderbird affiche maintenant les détails de votre compte dans la colonne de droite et télécharge tous vos courriels et, suivant votre fournisseur, vos contacts (ceci peut prendre un long moment). Cliquez maintenant sur votre compte pour le dérouler, puis "courrier entrant". L'interface prend alors son apparence normale :

Thunderbird : interface par défaut

L'interface de Thunderbird

L'interface de Thunderbird est relativement intuitive. Dans la barre d'outil haute vous pouvez relever votre courrier, écrire un nouveau message, ouvrir une session de chat, accéder à votre carnet d'adresse, mettre une étiquette à un message, ou encore filtrer vos messages. Si vous cliquez sur un message dans le bandeau du haut, des options pour le message seront aussi disponibles : répondre , transférer, archiver, indésirable, etc .

Le panneau de droite est réservé au calendrier «Lightning», très intuitf :un clic sur une date ouvrira l'assistant de prise de rendez-vous.

Si vous recherchez un message précis, vous disposez de plusieurs possibilités:

  • taper quelques caractères dans la barre de recherche en haut,
  • cliquer sur l'intitulé des colonnes ("Sujet", "Expéditeur", "Date", "Taille"): vos messages seront alors instantanément triés selon le critère choisi, ce qui vous évitera d'avoir à faire défiler une liste interminable pour retrouver un message ancien. En cliquant une deuxième fois sur le même titre de colonne vous inversez l'ordre du tri.
    Vous pouvez ainsi personnaliser votre affichage des messages d'une catégorie selon vos propres critères avec ces outils.

Récupérer un ou d'autres compte(s) de messagerie

Si vous disposez d'un ou d'autres comptes de messagerie que vous désirez consulter à l'aide de Thunderbird, cliquez maintenant sur les trois petites barres horizontales à droite (les paramètres) au bout de la barre de recherche, posez votre pointeur sur "Nouveau message", puis dans le menu déroulant cliquez sur "Compte courrier existant" et reprenez la procédure de récupération d'un compte de messagerie.

Les paramètres

Les trois petites barres horizontales regroupent tous les paramètres. C'est la présentation moderne. Si vous désirez changer ce comportement pour retrouver des menus classiques, cliquez sur les paramètres, posez le pointeur de votre souris sur "préférences", et cochez "Barre des menus".

Il est toutefois conseillé de visiter les préférences où vous pourrez définir vos niveaux de filtres antispam, paramétrer vos étiquettes et aurez des options comme n'utiliser qu'un seul mot de passe pour tous vos comptes, entre autre.

Pour protéger efficacement vos échanges électroniques, utilisez EnigMail !

Enigmail

Chiffrer son courrier avec Enigmail, quelle bonne idée...

sources : Thuban & Tutoriel de Timo

Enigmail est un module compatible Thunderbird, qui permet de rendre le chiffrage des messages très simple. Il est installé par défaut dans les ISOs du projet DFLinux.

On me dit que c'est important de chiffrer ses courriels. Moi je veux bien faire attention à ma vie privée et celle de mes correspondants, mais ça veut dire quoi exactement?
Prenons l'exemple d'un courrier habituel, envoyé par la poste. Vous envoyez une carte postale à votre belle-mère par exemple (mais si, vous l'adorez, on le sait ...), vous savez que ce qui est écrit dessus pourra être lu par le facteur ou n'importe qui le temps de son trajet.
Eh bien, avec vos mails, c'est exactement pareil qu'une carte postale si vous ne les chiffrez pas.

"Peu importe" me direz-vous, "je me moque que l'on sache que je dis à belle-maman qu'il fait beau temps en vacances". Peut-être. Mais dans un mail, il y a plus que des banalités, et on ne sait pas ce qui peut en être fait. Vous n'êtes pas convaincus ? Je vous invite alors à vous demander si vous n'avez rien à cacher en cliquant ici, ou bien ici pour une vidéo.

Pour une page récapitulative du comment du pourquoi, rendez-vous sur la page email self-defense de la FSF (merci à èfpé pour le lien).

Configurer Enigmail

Lorsque vous ouvrez Thunderbird, vous voyez cette fenêtre :

enigmail-1

Si vous voulez accéder à la configuration une autre fois, allez dans le menu de Thunderbird (les trois barres en haut à droite) > Enigmail > assistant de configuration.

Bien sûr, cochez "Oui, je désire que l'assistant m'aide à démarrer" puis cliquez sur "Suivant".

Je vous conseille de garder le "Chiffrement automatique pratique" dans la fenêtre suivante. Validez.

enigmail-2

Vous voudrez signer tous vos messages par défaut afin d'assurer à vos correspondants l'origine de vos messages. Gardez cochée cette option puis cliquez sur suivant.

enigmail-3

On vous demande ensuite si vous acceptez qu'Enigmail change quelques options pour améliorer son fonctionnement. Sympa non ? Cochez oui puis cliquez sur suivant.

enigmail-4

Cochez ensuite "Je veux créer une nouvelle paire de clés…" (sauf si vous en avez déjà) puis cliquez sur suivant.

enigmail-5

Vous arrivez sur une fenêtre où on vous demande un mot de passe pour protéger votre clé privée.

enigmail-6

La clé secrète, pour rester secrète, doit être protégé par un mot de passe. Il est important d’utiliser un mot de passe fort, c’est à dire remplissant toutes les conditions suivantes :

  • Être long : au moins 10 à 15 caractères.
  • Être compliqué à deviner (mais facile à retenir). Utilisez par exemple une astuce : remplacez les « r » par des « M »
  • Être secret : votre nom ou numéro de sécurité sociale c’est pas fiable.

Après validation, vous y êtes presque :

enigmail-7

Ça prend un peu de temps à se générer, allez donc boire un verre de jus d'orange (c'est sain) ou jouer avec votre chat.

Si vous êtes pressé, ouvrez votre navigateur et fouiner partout sur le net. vous pouvez aussi naviguer dans vos images ou vos vidéos pour générer de l'activité et accélérer le processus.

enigmail-8

Une fois la génération des clés terminée, il vous dit de faire un certificat de révocation. Ceci est pour pouvoir annuler la clé au cas où vous la perdiez ou si vous oubliez le mot de passe. Cela notifiera vos contacts que votre clé ne doit plus être utilisée :

enigmail-9

Il vous demandera votre mot de passe (celui que vous avez choisi il y a quelques instants) et il vous proposera d’enregistrer un fichier .asc, c’est le certificat de révocation de la clé. Il ne servira qu’au cas où. Ce fichier est à conserver en lieu sûr et il ne faut jamais le perdre.

enigmail-10

Le fichier enregistré, c’est bon. Vous avez terminé : vos clés sont générées.
Mais pour que vos contacts puissent vous envoyer des e-mails chiffrés, ils doivent posséder votre clé publique. La clé publique, c'est le cadenas dont vous seul possédez la clé. On va voir comment on exporte sa clé publique dans la partie suivante.

Exporter sa clé publique

Cette étape est nécessaire afin que vos contacts puissent mettre un cadenas aux courriels qu'ils vous envoient. Ouvrez le menu de Thunderbird, dirigez vous dans la partie "Enigmail" puis cliquer sur "Gestion de clés"

enigmail-cle1

Faîtes alors un clic-droit sur votre clé puis choisisez "Exporter les clefs publiques vers un serveur de clefs"

enigmail-cle2

Une petite fenêtre apparaît, cliquez sur ok, et voilà, votre clé publique est disponible pour vos contacts, qui pourront facilement la retrouver.

enigmail-cle3

Notez qu'au menu précédent, vous pouviez aussi choisir "Envoyer des clefs publiques par courrier électronique". Il suffit alors de remplir votre message comme n'importe quel mail, votre correspondant pourra importer votre clé publique.

Récupérer les clés publiques d'un contact

Voyons concrètement comment on récupère la clé publique d'un correspondant pour pouvoir poser un cadenas sur nos prochains messages. On va retourner dans le menu d'Enigmail à la gestion des clés. Cette fois, on va cliquer dans le menu sur "Serveur de clés" → "Chercher des clés"

enigmail-cle4

Dans la petite fenêtre qui s'ouvre, entrez l'adresse électronique ou le nom du contact avec qui vous voulez chiffrez vos échanges.

enigmail-cle5

Validez, vous verrez alors les clés disponibles. Il suffit maintenant de cocher la clé de votre contact, puis cliquer sur ok.

enigmail-cle6

Une fenêtre de validation s'ouvrira. Ça y est, vous avez la clé publique de votre contact.

Envoyer un message chiffré

Un peu de pratique maintenant! On va écrire à… mais non, pas votre belle-mère, rassurez-vous! :) Je vous propose d'envoyer un petit mot… Allez, c'est parti!

Comme d'habitude, on clique sur "Écrire".

enigmail-chiffre1

Composez ensuite votre message comme d'habitude. Vous remarquerez la présence d'un nouveau menu dans la fenêtre : le menu Enigmail.

enigmail-chiffre2

Si vous cliquez dessus, vous pouvez forcer ou non le chiffrement du message. Sachez que si vous avez la clé publique de votre contact, le message sera chiffré par défaut. Donc à ce point là du tutoriel, on a fait tout ce qu'il faut , le message sera chiffré.

Il vous reste à cliquer sur envoyer.

"Quoi? C'est tout?"

Oui, presque. On va vous demander un mot de passe. Le même mot de passe que vous avez entré lorsque vous avez créé votre clé. Mais si, souvenez-vous, celui-là : J'aim3G3org3sCloon3y3ns3cr3t. On vous le demandera aussi quand vous recevrez un message chiffré.

"Mais c'est énervant de toujours taper ce mot de passe!".

Rassurez-vous, une fois que vous l'avez entré une fois, Thunderbird s'en souvient tant qu'il reste ouvert. Chouette non?

Résumé du principe

Le système de paire de clefs est brillant de par sa simplicité. Vous avez 2 clés : une publique et une privée.

  • La clé privée vous servira à ouvrir vos courriers. Attention, ne la donnez jamais à quelqu'un d'autre.
  • La clé publique, c'est comme un cadenas que vos contacts mettent sur les messages qu'ils vous envoient. Comme vous êtes seuls à détenir la clé pour l'ouvrir, vous êtes tranquille.

La visioconférence avec FramaTalk

Ne pas utiliser Skype … c'est déjà la base pour éviter de confier ses conversations à la NSA …

Encore faut-il trouver une alternative pour communiquer avec ses proches ou collègues en visioconférence. C'est là que le portail Framasoft offre une solution libre et sécurisée : FramaTalk

visioconférence avec Framatalk

Le projet DFLinux recommande l'utilisation de FramaTalk comme alternative fiable , libre et sécurisé à skype. Un lanceur dédié est disponible dans le HandyMenu, section Internet

Partage P2P avec Transmission

Transmission est un client BitTorrent, ce qui signifie qu'il va gérer des fichiers de type ".torrent". Ces fichiers sont utilisés sur les serveurs de partage pour identifier des données.

Pour simplifier, le fichier ".torrent" contient un inventaire détaillé des données à partager, les adresses des serveurs où on peut trouver ces données et un tableau de ces données "découpées" en petits morceaux qui seront ensuite partagées entre les différents utilisateurs du protocole BitTorrent.

Afin de profiter de ce protocole, vous devez passer par un client BitTorrent. Debian intègre Transmission, le client torrent léger, facilement configurable et qui offre une interface claire.

Lancement

Transmission se lance depuis le HandyMenu > Internet > Client Torrent. Transmission est aussi appelé lors du téléchargement d'un fichier de type ".torrent" ou un "lien-magnet" depuis votre navigateur internet.

Récupération de données

Transmission est utilisé pour récupérer des données en utilisant le p2p au lieu de liens direct html.

Par exemple, pour récupérer l'image ISO d'Emmabuntüs, vous pouvez utiliser les liens html qui vous donnent directement accès aux images ISO ou les fichiers ".torrent" qui vont aller chercher tous les "petits morceaux" de l'ISO chez celles et ceux qui la partage.

récupération d'un fichier torrent

Votre fichier ".torrent" est par défaut ouvert par Transmission depuis Firefox.

ouverture d'un fichier torrent avec Transmission

La fenêtre d'ajout de Transmission s'affiche alors, vous invitant à ouvrir le fichier. Si vous utilisez Transmission pour la première fois, un petit avertissement s'affiche :

torrent : responsabilités

Transmission : options du torrent

Une fois ajouté, le torrent apparaît dans la liste des données partagées. Une fois le téléchargement terminé, vos données seront disponibles dans votre dossier ~/Téléchargements.

Transmission en partage

Par principe, on demande aux utilisateurs de ce type de protocole de laisser les données en partage afin de "faire tourner" le plus longtemps possible…

petite astuce : vous pouvez créer un dossier "partage" dans votre dossier ~/Téléchargements puis déplacer les données complétées (afin de ne pas surcharger vos Téléchargements) à l'aide du menu contextuel de Transmission : clic-droit sur les données concernées > Définir l'emplacement . Il vous suffit alors de choisir le dossier de destination.

Configuration

Transmission se configure très simplement depuis le menu "Édition > Préférences" . Les entrées sont explicites. Vous n'aurez pas besoin de changer quoi que ce soit pour utiliser Transmission au départ.

et voilà ... partagez bien.